Brûlures

  • Definition
  • Wound Care
  • Patient Advice and Prevention
  • Products

Une brûlure est une lésion de la peau, et parfois des tissus sous-jacents, provoquée par contact avec la chaleur, l’électricité, des produits chimiques, la lumière, des rayonnements ou par frottement. Une perte importante de peau peut entraîner une infection et une perte des fonctions cutanées comme la thermorégulation et l’immunité.

La majorité des brûlures (95 %) est d’origine thermique (brûlures par la chaleur). Les patients gravement brûlés doivent être traités dans un service spécifique de grands brûlés.

Sévérité

Le pronostic vital dépend de l’étendue de la brûlure. Le pronostic fonctionnel dépend de la profondeur, de l’étendue et de la localisation de la brûlure.

Règle des Neuf de Wallace

 

L’étendue des brûlures par rapport à la surface totale de la peau peut être estimée de manière précise chez l’adulte au moyen de la Règle des Neuf de Wallace, où l’on considère que chaque partie du corps représente 9 % de la surface cutanée :

  • Tête et cou : 9 %
  • Chaque membre supérieur : 9 % (x 2)
  • Face antérieure du tronc (thorax et abdomen) : 18 %
  • Face postérieure du tronc (thorax et abdomen) : 18 %
  • Périnée : 1 %
  • Chaque membre inférieur : 18 % (x 2)
  •  
  • Total : 100 %
Chez les enfants, les proportions du corps sont différentes de celles des adultes, si bien que la Règle des Neuf doit être adaptée en fonction de l’âge de l’enfant.

 

Types de brûlures

Par agent causal

Brûlures par la chaleur / Brûlures thermiques

heat_burn

La peau peut être brûlée au contact de la chaleur, par exemple par des liquides tels que des boissons chaudes, de la vapeur provenant d’une bouilloire ou d’une casserole, ou en touchant une flamme ou une surface chaude, comme un radiateur ou un four. La chaleur provoque des brûlures visibles s’accompagnant de rougeurs, cloques et douleurs. Retirer la source de chaleur le plus rapidement possible et refroidir la peau avec de l’eau tiède. Le degré et l’étendue de la brûlure déterminent le traitement à instaurer.

Brûlures électriques

Les brûlures électriques, par exemple provoquées par un câble électrique, entraînent souvent des lésions profondes graves associées à des lésions thermiques superficielles. Le patient doit se rendre directement à l’hôpital.

Brûlures chimiques

chemical_burnUne brûlure chimique survient lorsque les tissus sont exposés à une substance corrosive comme un acide fort ou une base forte. Ce type de lésion, qui est normalement le résultat d’un accident, dépend du type d’agent impliqué.

En général, les brûlures chimiques :

  • surviennent immédiatement lors du contact ;
  • peuvent être extrêmement douloureuses ;
  • peuvent être initialement invisibles ou non remarquées ;
  • se diffusent dans les tissus et endommagent les structures sous-cutanées surtout en ce qui concerne les bases fortes.

Par degré

Brûlures du premier degré (brûlures superficielles)

Une brûlure du premier degré est une brûlure qui implique uniquement les couches superficielles de l’épiderme, en provoquant un érythème (rougeur) qui peut être douloureux (coup de soleil) mais dépourvu de cloques (phlyctènes). Elles correspondent à la seule atteinte des couches superficielles de l’épiderme et respectent la membrane basale. Une cicatrisation spontanée survient en 3 à 4 jours avec une légère desquamation.

Brûlures du deuxième degré :

Peuvent être divisées en 2 stades :

Brûlures du deuxième degré superficiel (épaisseur partielle de l’épiderme jusqu’à la basale)

second_degree_burnCette lésion concerne pratiquement la totalité de l’épiderme avec destruction seulement partielle de la basale. D’un point de vue morphologique, elle est identifiée par la présence continue de phlyctènes dont la base, après exérèse, est rouge, fortement vascularisée et très sensible. Une cicatrisation spontanée survient généralement en 1 à 2 semaines sans laisser de séquelles, mais il existe toujours un risque de cicatrice permanente, en particulier chez l’enfant, sur les peaux foncées et, de manière plus générale, lorsque la cicatrisation est retardée par une complication (par exemple une infection locale).

Brûlures du deuxième degré : profond (épaisseur totale de l’épiderme et basale)

second_degree_burn_deepUne brûlure du deuxième degré profonde entraîne la destruction totale de l’épiderme et de la membrane basale sauf autour des annexes cutanées. La seule partie qui reste intacte est le derme profond et les annexes cutanées (poils et glandes sudoripares et sébacées). Ces brûlures, comme les brûlures du deuxième degré superficiel, présentent des phlyctènes mais, après exérèse, leur base est rose-blanchâtre, peu vascularisée et présente une sensibilité réduite. Une cicatrisation spontanée est possible à partir des annexes cutanées mais elle sera lente (entre 2 et 4 semaines). L’état général du patient ou une infection locale secondaire peuvent aggraver les lésions en détruisant les quelques cellules épidermiques encore vivantes, empêchant ainsi une cicatrisation spontanée normale.

Brûlures du troisième degré (épaisseur totale de l’épiderme et du derme)

Les brûlures du troisième degré d’épaisseur totale sont caractérisées par une destruction complète de la peau, la membrane basale et les annexes enchassées sont détruites et parfois l’hypoderme. La plaie prend l’aspect d’une nécrose cutanée adhérente, sans phlyctènes et de couleur plus ou moins foncée (entre blanc, marron et noir), avec une perte totale de sensibilité. La disparition de la totalité des cellules cutanées empêche toute cicatrisation spontanée et la reconstruction cutanée définitive ne peut être obtenue que par une greffe de peau, prélevée dans une zone de peau intacte. La greffe de peau est uniquement possible après excision de la nécrose cutanée.

 

Cicatrisation

  • Les brûlures du premier degré cicatrisent généralement en 3 à 4 jours.
  • Les brûlures du deuxième degré :
    • superficiel cicatrisent en 10 à 15 jours,
    • profond cicatrisent en 15 à 20 jours.
  • Les brûlures du troisième degré nécessitent généralement une très longue cicatrisation à l’exception des lésions greffées.

Les brûlures doivent être protégées des dommages physiques et des infections par les micro-organismes. Il convient donc d’utiliser un pansement :

  • Confortable, durable et qui épouse la plaie ;
  • Non allergisant, non adhérent et non irritant ;
  • Qui permet les échanges gazeux ;
  • Qui procure à la plaie un milieu humide ;
  • Compatible avec les agents thérapeutiques topiques.

La Technologie Lipido-Colloïde (TLC) crée un milieu humide favorable au processus de cicatrisation. En outre, la composition de la TLC stimule la prolifération des fibroblastes, qui sont des cellules essentielles du processus de cicatrisation. Cette propriété unique des pansements TLC a été démontrée in vitro1.

Les pansements TLC n’adhèrent pas à la plaie, ce qui permet ainsi une prise en charge atraumatique des tissus nouvellement formés et un retrait indolore du pansement2.

 

1Bernard FX et al. Stimulation of the proliferation of human dermal fibroblasts in vitro by a lipidocolloid dressing. Journal of Wound Care, May 2005; 14(5): 215-220.
2Le Berre M, Lurton Y et al. Pansements imprégnés: tulles/interfaces. Poster et Communication orale, CPC 2005, Paris.


These advices or recommendations do not replace expert opinion based on a full diagnosis.

Une action rapide de votre part peut aider à contrôler la sévérité d’une brûlure. Le contact entre le patient et la source de la brûlure doit être immédiatement interrompu. Ne pas essayer de retirer tout vêtement qui adhère à la brûlure, de percer les phlyctènes ni retirer la peau brûlée. Refroidir la brûlure avec une eau autour de 15°C pendant 15 mn. Ne pas appliquer de topique ni de colorant. Les phlyctènes doivent ensuite être rapidement retirées après nettoyage et désinfection par un professionnel de santé.

Votre patient doit toujours consulter un médecin dans les cas suivants :

  • Brûlures du premier ou du deuxième degré couvrant une zone d’un diamètre supérieur à 5 à 8 cm.
  • Brûlures localisées sur le visage, une articulation (comme le genou ou l’épaule), la main, le pied ou les organes génitaux.
  • Brûlures du troisième degré, nécessitant systématiquement des soins médicaux immédiats.
  • Brûlures électriques.

En cas de brûlure chimique, la zone concernée doit être abondamment lavée avec de grandes quantités d’eau.

Prévention

Le bon sens et le respect de certaines précautions peuvent aider à éviter de nombreuses brûlures.

À la maison, des précautions doivent être prises lors de la manipulation de liquides chauds, en cuisinant ou en repassant, et les objets chauds ne doivent jamais être à la portée des jeunes enfants.

Lors de la manipulation de substances corrosives, porter systématiquement un équipement de protection tel que des lunettes de protection, des gants et une blouse/combinaison de laboratoire.


These advices or recommendations do not replace expert opinion based on a full diagnosis.

Plaies avec signes d’infection locale

Plaies non-infectées

picto_purify picto_close

 

Lire attentivement la notice.
(1) Dispositif Médical de classe III (BSI). Intégralement remboursable LPPR (Séc. Soc. 60 % + Mutuelle 40 %) dans le traitement séquentiel de 4 semaines des ulcères de jambe à caractère inflammatoire ayant au moins 3 des 5 signes cliniques suivants : douleur entre deux changements de pansements, érythème péri-lésionnel, oedème, plaie malodorante, exsudat abondant. Classe LPPR des ‘’Pansements à l’argent’’.
(2) Dispositif Médical de classe IIb (G-Med).Intégralement remboursable LPPR (Séc. Soc. 60 % + Mutuelle 40 %).


These advices or recommendations do not replace expert opinion based on a full diagnosis.
Last update : 7 décembre 2018